© Helie Gallimard
Gilles Kepel
Politologue, Sociologue

Professeur des universités à Sciences Po et membre de l’Institut universitaire de France, il est l’un des spécialistes les plus reconnus
de l’histoire du monde arabe contemporain. Il intervient régulièrement à l’Institut du Monde arabe.
Politologue mais aussi docteur en sociologie, il s’intéresse aux questions sociales liées à l’islam en France.
 

07
nov
14h00
Son intervention #1
14h00 - 07/nov
Grand débat
Relations Nord/Sud
Animation : Patrick de Saint-Exupéry (Revue XXI)
08
nov
15h00
Son intervention #2
15h00 - 08/nov
Grand entretien
Accords de Sykes-Picot : 100 ans après
Animation : Xavier Capodano (Le Genre urbain)
Ses livres "Esprits Libres"
Passion française
Gallimard, 2014

Pour la première fois dans la France contemporaine, quatre cents candidates et candidats issus de l’immigration se sont présentés aux élections législatives en juin 2012, principalement dans des circonscriptions populaires. Gilles Kepel a « zigzagué l’Hexagone » entre janvier 2013 et janvier 2014 pour en rencontrer une centaine. Journal de ces voyages et verbatim de ces entretiens, Passion française saisit un état de crise sociale et politique sans précédent, qui voit les polémiques sur l’identité française et l’islam, sur l’exclusion et le rejet du « système » battre leur plein.

Ses livres "Esprits Libres"
Quatre-vingt-treize
Gallimard, 2014

Figure des transformations que connaît la France, le département de la Seine-Saint-Denis (93) s’inscrit, avec l’importante présence musulmane, au cœur des bouleversements démographiques et migratoires – de la marche forcée de la désindustrialisation à la haute technologie, de la persistance du chômage et d’une intégration sociale difficile à mettre en œuvre à la percée des nouvelles générations dans le champ politique, culturel ou économique.
Ces contrastes très accusés sont l’une des caractéristiques les plus saillantes et les moins connues de l’islam de France.
 

Ses livres "Esprits Libres"
Passion arabe
Gallimard, 2013

Le 17 décembre 2010, à Sidi Bouzid, une ville du centre de la Tunisie, Mohamed Bouazizi, vendeur ambulant de fruits et légumes, s’immole par le feu – et embrase le monde arabe. Les régimes de Ben Ali, Moubarak, Kadhafi sont précipités dans les flammes, et l’incendie porte à Bahreïn, au Yémen et jusqu’en Syrie.
En deux ans, les révolutions ont abattu des dictatures, mais fréquemment porté au pouvoir les Frères musulmans. Le salafisme prolifère, nourri du désenchantement de jeunes et de déshérités dont la pauvreté s’est accrue. Et al-Qaida, qu’on croyait enterrée, resurgit de la Syrie au Mali.
Que sont devenues la liberté, la démocratie, la justice sociale revendiquées par les « printemps arabes » ? Quel est le rôle des pétromonarchies du Golfe dans l’arrivée au pouvoir des partis islamistes ? Pourquoi le conflit entre sunnites et chiites est-il en train de détourner l’énergie des révolutions, tandis que la Syrie s’enfonce dans des souffrances inouïes ?
 

  • Mairie de Paris
  • CNL
  • Sofia
  • Copie Privée
  • Ile de France